sophiste

sophiste

sophiste [ sɔfist ] n. m.
• 1370; soffistre 1236; lat. sophistes, mot gr.
1Anciennt Chez les Grecs, Maître de rhétorique et de philosophie qui allait de ville en ville pour enseigner l'art de parler en public, les moyens de l'emporter sur son adversaire dans une discussion, de défendre, par des raisonnements subtils ou captieux, n'importe quelle thèse. « La Grèce est la mère des ergoteurs, des rhéteurs et des sophistes » (Taine).
2Personne qui use d'arguments, de raisonnements spécieux. « De tous les sophistes, notre propre raison est presque toujours celui qui nous abuse le moins » (Rousseau).

sophiste nom (grec sophistês) Rhéteur grec, contemporain de Socrate (Ve s. avant J.-C.), qui vendait son enseignement philosophique (chose scandaleuse à l'époque), enseignement qui consistait à jouer sur les mots et à manipuler les raisonnements de telle sorte que la persuasion soit obtenue par l'effet charismatique de celui qui sait manier la parole et non par la mise en évidence de la vérité. (Parmi les plus célèbres sophistes, on trouve Protagoras, Gorgias, Critias, Prodicos.) Personne qui fait des sophismes, des raisonnements spécieux.

sophiste
n.
d1./d n. m. ANTIQ GR Maître de philosophie rétribué, qui enseignait l'art de l'éloquence et les moyens de défendre n'importe quelle thèse par le raisonnement ou des artifices rhétoriques.
d2./d n. Personne qui use de sophismes.

⇒SOPHISTE, subst. et adj.
I. — Substantif
A. — Subst. masc. [Dans la Grèce antique] Maître de rhétorique et de philosophie enseignant la sagesse, l'art de parler en public, la science du raisonnement orientée vers des fins utilitaires. En vain les Athéniens chassèrent Protagoras et brûlèrent ses écrits (...) le résultat de l'enseignement des sophistes avait été immense. (...) l'habitude du libre examen s'établissait dans les maisons et sur la place publique. Socrate, tout en réprouvant l'abus que les sophistes faisaient du droit de douter, était pourtant de leur école. Comme eux, il repoussait l'empire de la tradition, et croyait que les règles de la conduite étaient gravées dans la conscience humaine (FUSTEL DE COUL., Cité antique, 1864, p. 467). Pour les sophistes, « l'homme est la mesure de toutes choses ». Leur humanisme repose sur une grande confiance dans les valeurs sociales et se traduit par un véritable engouement pour les questions politiques (Hist. sc., 1957, p. 1554).
Rem. Sophiste fut assez rapidement empl. de façon péj. au sens de « maître de rhétorique enseignant la pratique du raisonnement spécieux, de toutes les ressources verbales, de toutes les subtilités permettant de défendre n'importe quelle thèse et d'emporter l'adhésion ». La Grèce est la mère des ergoteurs, des rhéteurs et des sophistes (TAINE, Philos. art, t. 2, 1865, p. 102). Le sophiste Hippias, (...) homme pour qui la vérité ne compte pas (MARROU, Connaiss. hist., 1954, p. 221).
B. — Personne utilisant des sophismes, des arguments ou des raisonnements spécieux pour tromper ou faire illusion. Tout ce que la colère peut mettre dans la bouche d'un petit sophiste sournois fut adressé par M. de Séranville au général et à Leuwen (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 183). Il y a une gymnastique du faux. Un sophiste est un faussaire, et dans l'occasion ce faussaire brutalise le bon sens (HUGO, Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 39).
II. — Adj. [En parlant d'une pers.]
A. — [Corresp. à supra I A] C'est un plaisir de voir comment les historiens sophistes de la Grèce romaine s'y sont pris pour adoucir les traits austères de l'idéal patricien (MICHELET, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 65).
B. — [Corresp. à supra I B] Et Rousseau? Monsieur de Rivarol. — Oh! pour celui-là (...). C'est un maître sophiste qui ne pense pas un mot de ce qu'il dit ou de ce qu'il écrit, c'est le paradoxe incarné (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1822, p. 116).
[P. méton.] Ce siècle, le XVIIIe, subtil et sophiste bien plus encore que dissolu, semble immoler tout à l'effet de la tête, vouloir concentrer la vie dans les yeux (MICHELET, Journal, 1849, p. 28).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1245 sofistre « philosophe de profession dans l'antiquité » (HENRI D'ANDELI, Œuvres, IV, 278, 53 ds T.-L.); 2. 1380 sophiste « celui qui use d'arguments captieux » (ROQUES t. 2, n ° 11544). Empr. au lat. sophistes, sophista, empr. au gr. « tout homme qui excelle dans un art », « philosophe », « maître d'éloquence », en mauvaise part « charlatan, imposteur ». Fréq. abs. littér.:251. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 842, b) 238; XXe s.: a) 148, b) 131. Bbg. BALDINGER (K.). Zum Übergang von der lateinischen zur französischen Fachterminologie im 14. Jahrhundert. Z. rom. Philol. 1975, t. 91, p. 487. — RICHARD (W.) 1959, p. 101, 105.

sophiste [sɔfist] n.
ÉTYM. 1370; soffistre, 1236; lat. sophistes, mot grec, de même origine que sophisme.
1 N. m. Didact. Chez les Grecs, Maître de rhétorique et de philosophie qui allait de ville en ville pour enseigner l'art de parler en public, les moyens de l'emporter sur son adversaire dans une discussion, de défendre, par des raisonnements subtils ou captieux, n'importe quelle thèse (→ Disputer, cit. 2; ironie, cit. 1). || Les sophistes étaient des formalistes. || Sophistes et rhéteurs (cit. 1). || « Le sophiste », dialogue de Platon.
0 La Grèce est la mère des ergoteurs, des rhéteurs et des sophistes. Nulle part ailleurs on n'a vu un groupe d'hommes éminents et populaires enseigner avec succès et avec gloire, comme faisaient les Gorgias, les Protagoras et les Polus, l'art de faire paraître bonne une mauvaise cause et de soutenir avec vraisemblance une proposition absurde, si choquante qu'elle fût.
Taine, Philosophie de l'art, t. II, p. 102.
2 (V. 1380). Personne qui use d'arguments, de raisonnements spécieux. || « De tous les sophistes, notre propre raison est presque toujours celui qui nous abuse le moins » (→ Fonds, cit. 14).
REM. En parlant d'une femme, on dira soit c'est une sophiste, soit c'est un sophiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужно сделать НИР?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sophiste — Sophiste. s. m. Ce nom s est donné parmy les Anciens aux Philosophes & aux Rheteurs, & se prenoit tant en bonne qu en mauvaise part, mais plus souvent en mauvaise part. Il signifie aujourd huy celuy qui fait des arguments captieux. Ce n est pas… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sophiste — Pour les articles homonymes, voir Sophiste (homonymie). Socrate discutant avec ses amis (détail d un tableau de Jacques Louis David). Socrate s est régulièrement opposé aux sophistes, pour démasquer leurs impostures. Un sophiste …   Wikipédia en Français

  • sophiste — (so fi st ) s. m. 1°   Primitivement, chez les Grecs, une personne habile, expérimentée dans les affaires de la vie privée ou publique. Les sept sages portèrent aussi le nom de sophistes. •   Solon, qui le premier des Athéniens a eu le titre de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOPHISTE — s. m. Nom qui se donnait chez les anciens aux philosophes et aux rhéteurs. Il se prend aujourd hui en mauvaise part, et signifie, Celui qui fait des arguments captieux. Ce n est pas un philosophe, c est un sophiste, un pur sophiste …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOPHISTE — n. m. Nom qui se donnait chez les anciens aux philosophes et aux rhéteurs. Il se prend aujourd’hui toujours en mauvaise part et désigne Celui qui use d’arguments captieux. Ce n’est pas un philosophe, c’est un sophiste. Tout cela n’est qu’un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • SOPHISTE —     Un géomètre un peu dur nous parlait ainsi: Y a t il rien dans la littérature de plus dangereux que des rhéteurs sophistes ? parmi ces sophistes y en eut il jamais de plus inintelligibles et de plus indignes d être entendus que le divin Platon …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Sophiste (Platon) — Le Sophiste Dialogues de Platon Second Alcibiade Hippias mineur Premier Alcibiade …   Wikipédia en Français

  • Sophiste (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dans la Grèce antique, un sophiste est un orateur habile et professeur de rhétorique. Le Sophiste est un dialogue de Platon. Voir aussi Sophisme,… …   Wikipédia en Français

  • Sophiste —    см. Софист …   Философский словарь Спонвиля

  • Le Sophiste — Pour les articles homonymes, voir Sophiste (homonymie). Le Sophiste (écrit aux environs de 360 avant J. C.) est un dialogue de Platon traitant de la nature du sophiste, et de celle de l être. Il est la suite du Théétète, dont il prolonge la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”